Méditation mercredi 8 septembre 2021

« Fiez-vous en Dieu, ne craignez pas »

Je vous salue bien chères lectrices et lecteurs de cette médiation.
Je vous invite à y entrer en écoutant « l’automne » de Vivaldi

Le Dieu de la tendresse nous accueille
Il nous accueille tels que nous sommes, avec nos idées, nos expériences de vie heureuses ou malheureuses, nos désirs, nos projets, nos intérêts.

Beaucoup de choses me parlent de Dieu : la beauté de la création, la découverte de l’amour, de l’écoute, de bienveillance, de bonté qui nous donnent le désir de continuer le chemin de vie.

J’apprends à connaître des personnes en me mettant à leur écoute. Également nous nous mettons à l’écoute de la parole de Dieu.
Dieu est dans sa parole, mais il la dépasse en même temps.

Prions :
Viens, notre Dieu illuminer de ta présence ce moment.
Donne-nous de savoir accueillir ta lumière. Sans la lumière, le plus beau diamant n’est que pierre.

Le rayon de soleil l’irradie, il transforme la lumière en scintillements féériques et joyeux. Et notre regard qui voit le diamant en est tout illuminé. Amen

Le désir de l’oiseau, c’est le ciel
le désir de la main, c’est la caresse
le désir de l’oreille, c’est la musique
le désir de l’être humain c’est ta présence, notre Dieu

La terre, des continents, de l’eau, la mer, le vent, le soleil : La vie est une aventure, une aventure pour apprendre la vie, pour apprendre le sens de la vie : aimer.
Tu ne sauras pas ce que c’est la vie avant de l’avoir vécue
Tu ne sauras pas ce que c’est l’amour avant d’avoir aimé.
Je n’ai qu’une vie pour aimer.
C’est ainsi que Dieu nous aime et veut nous apprendre à aimer.
L’amour ne s’use pas : il murit avec le temps pour devenir fort, toujours plus fort, éternel. Et à la fin de notre vie, nous pourrons rejoindre Dieu, l’amour éternel.

L’amour : c’est un risque. Mais nous pouvons risquer l’aventure, car Dieu est avec nous. Dieu est avec nous à travers toute expérience. Notre Dieu, c’est le Dieu de Jésus Christ qui a calmé la tempête. Engageons-nous alors dans l’aventure. Nous pourrons compter sur Dieu, nous sommes créés à l’image de Dieu.
Nous le lisons dans la Genèse au premier chapitre, verset 27 :
«  Dieu créa les être humains à sa propre ressemblance : il les créa homme et femme »

L’aventure qui nous est proposée, n’est pas un saut dans le vide. C’est une main dans la main.
Je suis fait pour avancer en tenant la main de quelqu’un : quand j’ai une main que je peux tenir en toute confiance, je sens bien que s’est cela la vie. Et si j’ai 2 mains, ne serait-il pas que je peux tenir la main d’une autre personne et celle de Dieu.
Dieu nous parle d’une immense tendresse qu’il a pour nous. Lisons les versets 10 à 12, du chapitre 54 du prophète Esaïe :

« Même si les montagnes venaient à changer de place,
même si les collines venaient à s’ébranler,
l’amour que j’ai pour toi,
ne changera jamais,
et l’engagement que je prends d’assurer ton bonheur
restera inébranlable.
C’est moi, le Seigneur, qui te le dis,
moi qui te garde ma tendresse ». Amen

« Que Dieu vous bénisse »

Elisabeth Müller Renner

Méditation mercredi 1er septembre 2021

LUC 10. 38-42.

Bonjour à vous, visiteuses et visiteurs qui suivez occasionnellement ou régulièrement les méditations sur ce site paroissial.
Voici la troisième méditation au sujet de la rencontre de Marthe et de Marie avec Jésus, telle que l’Evangile de Luc nous la raconte.
Bonne lecture à vous et très belle journée !

Voici pour commencer un peu de musique :

Johannes Brahms- Lullaby

Prière :

Merci, Seigneur,
de nous appeler sur les chemins de la vie !
Pour nous accompagner
dans notre longue marche.
Tu nous as donné
Jésus-Christ, ton Fils.
Il est devenu
notre frère et notre compagnon.
Sur la route, il avance avec nous.
dans la même poussière,
comme n’importe lequel d’entre nous !

Sa présence nous soutient
lorsque les fardeaux nous pèsent,
que tout devient trop lourd.
et que nous ne savons même plus vers où nous marchons.
Sa Parole nous éclaire
lorsque la nuit recouvre le chemin,
faisant disparaitre les repères
auxquels nous accrochions notre foi.

Son pain de vie
nous réconforte
lorsque notre enthousiasme s’écroule.
lorsque le doute s’insinue dans nos engagements,
lorsque le pain quotidien de l’amour
vient à nous manquer
et que la solitude nous enserre de tous côtés.
Merci notre Dieu
pour Jésus-Christ,
notre frère et notre compagnon !
Dans notre longue marche,
il est notre espérance
et nous redit
ton nom de tendresse :
Notre Père !

Charles Singer

Méditation. Marthe et Marie 3.

C’est le livre « Une bible des femmes » (cf note) qui m’a rendu attentif à la troisième explication possible de la rencontre de Marthe et Marie avec Jésus. Il est possible résumer le travail de ces théologiennes de la façon suivante : elles rappellent que dans l’Antiquité, et jusqu’à une époque récente, on ne traitait pas les femmes en êtres humains à part entière, au même titre ou au même niveau que les hommes. Ni à égalité avec leurs pères, leurs frères ou leur mari. On les estimait faites pour les fonctions subalternes et pour le service des hommes à qui seuls étaient confiées les occupations considérées comme nobles. Cette discrimination se retrouvait particulièrement dans le domaine de la religion ou aucune femme ne prouvait prétendre à la moindre responsabilité, restant cantonnées à des tâches considérées comme subalternes uniquement.

C’est particulièrement Luc qui s’insurge contre cette situation et qui notamment dans notre passage veut faire changer les choses. Ainsi s’asseoir aux pieds de Jésus, l’écouter, voilà qui définit la place et l’attitude du disciple modèle, idéal, exemplaire. La conduite de Marie approuvée par Jésus montre que ce statut n’est pas un monopole masculin. Il n’est pas réservé à des hommes. Des femmes, peuvent aussi l’adopter. Elles n’en sont pas indignes ou exclues. Elles aussi peuvent-être des disciples modèles et exemplaires au même titre que les hommes. Les lecteurs de l’Évangile doivent le savoir et en tenir compte en n’interdisant pas, par exemple, aux femmes d’exercer certains ministères, comme cela se fait encore dans beaucoup d’Églises aujourd’hui. Plus largement cela bat également en brèche la répartition des rôles et des tâches dans la société en général, car du temps de Jésus la séparation entre le monde « religieux » et « civil » n’existait quasiment pas.

Plus globalement le Nouveau Testament se montre attentif à la dignité des femmes, comme à celle des enfants, des esclaves, des pauvres, des Samaritains, des péagers, bref, de tous ceux que la société et la culture de l’époque méprisaient, marginalisaient ou déconsidéraient. Que Marthe et Marie apparaissent dans les Évangiles presque aussi proches de Jésus qu’un Pierre ou qu’un Jean, et plus près de lui que la plupart des Douze, mérite qu’on le souligne fortement et sans cesse.

Il me semble que Jésus dit ici à chacun de nous : que vous soyez homme ou femme, intellectuel ou manuel, patron ou employé, professeur ou médecin, soldat ou cultivateur, plutôt de gauche ou plutôt de droite, ne vous laissez pas enfermer dans le rôle que vous assigne la société ni emprisonner par les tâches qu’elle estime que vous devez remplir. Osez voir plus loin, plus largement et surtout osez mettre en valeur ce qui favorise la vie et les liens humains sincères et vrais.

Prière.

Dieu de bonté,
ouvre mes oreilles,
que je perçoive ta parole,
que je l’entende avec mon cœur,
et que je m’en laisse transformer.
Ouvre ma bouche,
afin que je puisse te louer
et chanter tout ce que tu as fait.

Par ton Esprit Saint,
Rends-moi capable de redresser et d’encourager :
que mes paroles soient
des paroles de guérison et de consolation,
de libération et de réconciliation,
des paroles capables
de révéler des horizons neufs,
de faire s’entrouvrir le ciel
et de permettre à tous de saisir
combien leur vie est précieuse et unique.

Anselm Grün

Et pour finir encore un temps de musique avant l’envoi et la bénédiction.

Frantz. Schubert -Serenade

Envoi. Bénédiction.

Que le Seigneur vous précède sur vos chemins,
que le vent dans vos cheveux vous apporte le bruit de la vie
que vos pieds laissent dans la poussière des traces d’espérance
que dans l’obscurité vous entendiez battre le cœur de l’Autre
que vos mains se tendent comme des portes qui s’ouvrent
que vos bouches transmettent ce qu’il vous a été donné de recevoir
que vos oreilles accueillent ce que les mots ne disent qu’à demi
et que la grâce de Dieu vous accompagne aussi
là où vous ne vouliez pas aller …Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Pasteur T. Muhlbach

Note : « Une bible des Femmes ». Pages 75-92. Sous la direction de Elisabeth Parmentier, Pierrette Daviau et Lauriane Savoy. Edition Labor et Fides, août 2018.

 

Méditation mercredi 25 août 2021

Bonjour et bienvenue cordiale à vous qui nous rejoignez pour ce temps de méditation.

Pour commencer…

Extrait de Musiques pour prier. « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu… »

Lecture biblique Matthieu 6, 25 à 34
Voilà pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’amassent point dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Et qui d’entre vous peut, par son inquiétude, prolonger tant soit peu son existence ? Et du vêtement, pourquoi vous inquiéter ? Observez les lis des champs, comme ils croissent ; ils ne peinent ni ne filent, et je vous le dis, Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a jamais été vêtu comme l’un d’eux ! Si Dieu habille ainsi l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien plus pour vous, gens de peu de foi ! Ne vous inquiétez donc pas, en disant : Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous boire ? de quoi allons-nous nous vêtir ? – tout cela, les païens le recherchent sans répit -, il sait bien, votre Père céleste, que vous avez besoin de toutes ces choses. Cherchez d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous inquiétez donc pas pour le lendemain : le lendemain s’inquiétera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Méditation

Je l’avoue, je n’aime pas les limaces !
Cet été, dans le petit jardin devant mes fenêtres, ces drôles de bêtes ont débarqué par dizaines, se sont vautrées dans l’herbe, ont envahi les feuilles des dahlias, ont dévoré mes lupins….
Non, vraiment, je n’aime pas les limaces !

Vous me direz que ces visiteurs gluants méritent un plus grand respect de ma part.
En effet, sur internet, j’ai trouvé de nombreux articles présentant les bienfaits et l’utilité des limaces, par exemple : « Considérées comme nuisibles, les limaces jouent pourtant un rôle primordial au jardin et dans l’écosystème qui le compose. Les limaces, grâce à leur mucus et à leur activité ont une action favorable sur le sol, qu’elles aèrent, lient et hydratent. Elles aident en outre à recycler efficacement la matière organique et favorisent par là-même l’assimilation des nutriments dans le sol. » (1)

Lorsque, autrefois, il a invité ses disciples à observer les oiseaux du ciel ou les lis des champs, Jésus aurait donc bien pu ajouter les limaces ! Je l’ai échappé belle !

L’autre jour, en écoutant G. me raconter son été, je me suis demandée si Dieu ne m’encourageait pas justement à revoir mes préjugés à propos des limaces.
G. évoquait donc, avec une bonne dose d’humour, l’accident qui lui est arrivé il y a quelques semaines. Elle me disait : «Parce qu’Il savait combien j’avais besoin, à ce moment-là, d’être entourée et qu’on prenne soin de moi, le Seigneur a envoyé une limace ! J’ai glissé sur cette limace lorsque je travaillais au jardin. A cause de cette mauvaise chute, j’ai dû être hospitalisée et grâce aux personnes rencontrées à l’hôpital et aux contacts noués, j’ai pu retrouver du courage, l’élan de vivre. Et j’ai pu témoigner de ma foi ! Vraiment, Dieu met toujours des personnes qui m’aident au bon moment ! »

Cela m’a fait penser à l’histoire de cette dame russe qui va trouver son directeur spirituel en lui expliquant que, pendant des années, elle a prié chaque jour et que malgré cela, elle n’a jamais fait l’expérience de la présence de Dieu.
Alors il ne lui propose pas de prier plus fort ou plus souvent, ni même de donner sa fortune aux pauvres, il lui dit seulement : « Ne changez pas votre vie, mais regardez-la…, ou plutôt laissez-vous regarder par Dieu. Faites toutes choses en sentant (et non en pensant) qu’Il vous regarde, non pour vous surveiller, mais pour veiller sur vous. Laissez-le vous regarder et réjouissez-vous simplement de cela. »
Après six mois, la dame revient vers le prêtre : « Je vous remercie, dit-elle, ce que j’ai cherché en vain toute ma vie, la présence de Dieu, je l’ai trouvée maintenant. » (2)

A travers le récit de sa glissade « grâce à une limace », G. m’a  rappelé où est l’essentiel : se sentir vivre sous le regard de Dieu, regard qui veille, regard bienveillant qui nous redit à chaque instant que nous sommes tous-tes immanquablement promis à l’amour.

Prière

Bénis soient les regards
assez tendres, assez fous, assez vrais,
pour me donner le coeur de m’espérer encore,
de m’attendre à quelqu’un d’autre en moi.
Les vrais, les seuls regards d’amour
sont ceux qui nous espèrent,
qui nous envisagent
au lieu de nous dévisager. (Paul Baudiquey)

Bonne journée à chacun-e.
Notre Seigneur pose son regard sur vous et vous donne sa grâce ! Amen.

 Pour poursuivre…

Stölzel « Bist du bei mir » BMW 508 Aria, interprété par Nathalie Stutzmann. Si tu es avec moi, j’irai joyeux…

(1) https://www.aujardin.info/fiches/limaces-amies-jardinier.php

(2) extraits de Francine Carrillo, « Une parole au vif de l’humain », Ed. Ouverture.

Francine Cuche Fuchs, pasteure

Note: Cette méditation a été écrite avec l’accord de G.