Méditation 22 décembre 2020

Au pas de l’âne

Accueil

Bonjour chère lectrice, cher lecteur, comment vas-tu ce matin ?
Je t’imagine devant ton écran, avec une tasse de café fumant.
Tu t’attends à un peu de lumière pour éclairer ta journée, alors accompagne-moi dans cette méditation en 4 temps, et cheminons vers Bethléem au pas de l’âne.
Prépare 4 bougies.

 Prière pour ce matin
Allume une bougie

Qui donc est ce Dieu pour nous aimer ainsi,
Filles et fils de la terre ?
Qui donc est Dieu,
si démuni, si vulnérable ?
Qui donc est Dieu pour se lier d’amour
À l’humain ?
Qui donc est Dieu,
s’il faut, pour le trouver
un coeur de pauvre ?
Qui donc est Dieu, s’il vient à nos côtés
prendre nos routes ?
Qui donc est Dieu qui vient
manger à notre table ?
Qui donc est Dieu que nul ne peut aimer
s’il n’aime l’homme ?
Tu es ce Dieu qui, par amour, a pris notre condition humaine et a connu les joies et les souffrances.
Nous t’adorons, nous t’acclamons, dans les prisons les plus sombres, dans les forêts massacrées, dans les océans pollués. Oui tu es au cœur de nos vies, Dieu trois fois saint, trois fois béni. Amen. (ACAT) 1

Moment musical

Patrick Richard « Allume une étoile », 1995

Billet du jour

Pas de crèche de Noël sans ce sympathique santon qu’est l’âne, souvent placé à côté du couple de parents et veillant sur l’enfant.

Rival bien malgré lui du cheval, l’âne a toujours souffert de la comparaison avec la plus noble conquête de l’homme. Du bonnet d’âne à l’expression « têtu comme un âne », il a la réputation d’être un animal stupide.
Destinée dès les premiers temps en Occident aux tâches ingrates, cette bête de somme a été l’objet de moqueries jusqu’à notre époque. Or, l’Orient antique a eu une tout autre vision de cet animal, l’estimant et l’associant même aux cultes de divinités. Il est la monture prisée des chefs.
On ne compte pas moins de 100 références dans la Bible, signe de l’importance qu’il a revêtue au quotidien.
Les plus prestigieux des personnages de la Bible montent des ânes, comme Abraham (Gen.22,3), Moïse (Exode 4, 20), les Juges, les rois d’Israël…
Le Nouveau Testament puisera à cette tradition avec l’arrivée triomphale du Christ à dos d’âne lors de la fête des Rameaux, et bien sûr dans la crèche où il acquiert une place de choix malgré qu’il n’apparaisse pas directement dans le récit de la naissance de Jésus. (La tradition s’inspire d’Esaïe 1,3).

Prière du veilleur
Allume la 2ème bougie

Debout ! Le Seigneur vient !
Une voix prophétique a surgi du désert.
Un désir, une attente ont mûri nos esprits.
                      Préparons-nous !
Debout ! Le Seigneur vient !
La parole s’infiltre, elle ébranle nos coeurs.
Et voici le Royaume,
                     Réveillons-nous !
Debout ! Le Seigneur vient !
L’espérance nouvelle entre à flots dans nos vies.
Son mystère féconde un silence de foi.
                    Purifions-nous !
Debout ! Le Seigneur vient !
Bienheureux les convives au festin de l’amour !
Dieu lui-même s’invite et nous verse la joie.
                    Rassemblons-nous !
Le Seigneur vient ! (ACAT)

Lectures bibliques
Nombres 22 : 31 à 35

31 Alors l’Éternel ouvrit les yeux de Balaam, et il vit l’Ange de l’Éternel se tenant sur le chemin avec son épée nue dans la main. Et il s’inclina et se prosterna le visage [contre terre]1.

32 Et l’Ange de l’Éternel lui dit : « Pourquoi as-tu frappé ton ânesse ces trois fois ? Voici, moi, je suis sorti pour m’opposer à toi1, car, devant moi, ce chemin mène à la perdition.

33 Et l’ânesse m’a vu et s’est détournée devant moi ces trois fois. Si elle ne s’était pas détournée de moi, certes je t’aurais maintenant tué, et elle, je l’aurais laissée en vie. »

34 Et Balaam dit à l’Ange de l’Éternel : « J’ai péché, car je ne savais pas que tu t’étais placé à ma rencontre sur le chemin. Et maintenant, si cela est mauvais à tes yeux, je m’en retournerai. »

35 Mais l’Ange de l’Éternel dit à Balaam : « Va avec les hommes, mais tu rapporteras seulement ce1 que je te dirai. » Et Balaam s’en alla avec les seigneurs de Balak.

Méditation :
Allume la 3ème bougie


Rembrandt, L’ânesse de Balaam, XVIIè siècle

La Palestine a, très tôt, réservé le meilleur accueil à cet animal bien soigné et précieux. Il ne faut pas oublier que l’introduction du cheval est tardive et ne remonte en Israël qu’à l’époque du roi Salomon. Jusqu’alors, l’âne était le seul animal à servir dans les guerres, ce qui explique qu’il soit considéré dans la Bible comme une monture de prince, ainsi que l’atteste Déborah au Livre des Juges en parlant aux puissants d’Israël : « Vous qui montez des ânesses blanches, vous qui siégez sur des tapis, et vous qui marchez sur la route,     parlez ! ».
La couleur blanche était la plus prisée et les ânesses plus dociles que les mâles. L’épisode de Balaam souligne combien les humains peuvent rester sourds aux appels de Dieu, à la différence de cette ânesse qui a su entendre les paroles de l’ange du Seigneur.
Balaam, qui n’a que du mépris pour sa monture, la maltraite, la néglige. Son comportement l’entraîne sur le chemin de la perdition, c’est que lui dit l’ange.
Or, c’est son ânesse qui, elle, sait où il ne faut pas aller, elle sait que son maître n’a pas fait le bon choix. C’est un animal qui voit ce qui est invisible, il fait preuve d’intelligence.
L’ânesse comprend que le Seigneur est venu croiser leur route, elle discerne la présence de Dieu mieux que son maître et elle permet de stopper ce cheminement de malheur. Cela me rappelle les bergers, ces témoins de peu d’importance, ces hommes en marge de la bonne société. Pourtant, c’est bien à eux que l’ange révèle la naissance de l’enfant-roi : « N’ayez pas peur ! ».
C’est par la foi et l’obéissance qu’ils découvrent cet enfant couché dans la mangeoire auprès de l’âne. Tout comme les mages qui suivent un astre auquel ils accordent leur confiance et qui les amènera à se prosterner devant le petit roi.
L’ange de Balaam et l’ange de Bethléem annoncent tous les deux un autre chemin que celui des ténèbres et de la perdition.
Ce chemin, c’est Jean-Baptiste qui nous y conduit en Marc 1, 3 ; c’est Jésus qui nous dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » en Jean 14, 6.
La paix et le bonheur sont promis à ceux qui l’empruntent.
Au pas de l’âne, suivons cet étroit chemin qui mène à la Vie abondante que promet le Père, avec la même confiance et la même ferveur.
Joyeux Noël à toi !


Photo Christine Phébade Yana Bekima

 Chant
Populaire « Entre le bœuf et l’âne gris », XVIème siècle

 Bénédiction
Allume la 4ème bougie

Que Dieu vous enveloppe de sa paix, et de sa grâce en Jésus-Christ
Que Jésus-Christ vous remplisse de son amour pour le monde
Que l’Esprit Saint vous donne la joie, vous affermisse de son amour sans limite, pour que vous ayez des trésors d’espérance et de joie, que vous entendiez résonner les détresses d’autrui et soyez reliés à tous les humains comme à l’ensemble de la création.

En route vers la crèche, allons dans la paix et la joie du Christ.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen

 Morceau final
Hugues Aufray, le petit âne gris, 1972

Christine Phébade Yana Bekima

  • ACAT : Action chrétienne pour l’abolition de la torture.

Bibliographie

  • Marc, Bochet, L’âne, le Job des animaux – de l’âne biblique à l’âne littéraire, Ed. Honoré Champion, coll. Essais, 2010
    Pierre Martin de Viviés, Les animaux, Ce que dit la Bible, Ed Nouvelle cité, 2015

Méditation jeudi 12 novembre 2020

Icône du Fils Prodigue.

Bonjour à vous visiteurs fidèles de ce site paroissial. Je vous invite aujourd’hui à terminer mes méditations autour de la parabole dite du fils prodigue que nous propose l’Evangile de Luc. C’est la figure du Père qui vient clore le triptyque. Je partage également avec vous ma découverte récente des œuvres pour violon de Jean Sibelius. Bonne écoute, bonne lecture et prenez bien soin de vous.

Pour entrer dans la méditation écoutons une romance au violon de Jean Sibelius :

Prière :

Merci, Seigneur,
de nous appeler sur les chemins de la vie !
Pour nous accompagner
dans notre longue marche.
Tu nous as donné
Jésus-Christ, ton Fils.
Il est devenu
notre frère et notre compagnon.
Sur la route, il avance avec nous.
dans la même poussière,
comme n’importe lequel d’entre nous !

Sa présence nous soutient
lorsque les fardeaux nous pèsent,
que tout devient trop lourd.
et que nous ne savons même plus vers où nous marchons.
Sa Parole nous éclaire
lorsque la nuit recouvre le chemin,
faisant disparaitre les repères
auxquels nous accrochions notre foi.

Son pain de vie
nous réconforte
lorsque notre enthousiasme s’écroule.
lorsque le doute s’insinue dans nos engagements,
lorsque le pain quotidien de l’amour
vient à nous manquer
et que la solitude nous enserre de tous côtés.

Merci notre Dieu
pour Jésus-Christ,
notre frère et notre compagnon !
Dans notre longue marche,
il est notre espérance

et nous redit
ton nom de tendresse :
Notre Père !

Charles Singer

Méditation le Père Luc 15,11-32

Le personnage central de cette parabole n’est ni le fils aîné, ni le fils cadet, mais bien le père dont l’attitude nous révèle la compassion et la miséricorde. Le peintre Rembrandt l’a merveilleusement souligné en présentant un Père dont les deux mains accueillent, l’une, masculine, avec fermeté et solidité, l’autre, maternelle, avec tendresse et compassion.

Ce Père, d’abord, donne à son fils cadet la part d’héritage qui lui revient. Puis, contre toute règle de bienséance orientale qui voudrait que son fils entre le premier dans la maison pour aller le saluer, le père sort pour l’accueillir et court se jeter à son cou, le pare d’un vêtement de prince et programme une fête en son honneur. La volonté du père est claire : c’est de rétablir le fils cadet dans sa dignité d’homme sans lui faire peser éternellement le poids de sa faute. L’excès d’amour qu’il lui témoigne est pour lui nécessaire pour transformer son repentir en un nouvel avenir. En le réintégrant comme fils, il l’oriente vers le futur plutôt que de l’obliger à ressasser éternellement son passé et que sa vie ne devienne qu’une faute sans arrêt réactualisée. La force du geste du père est d’inscrire son enfant dans un nouveau temps, celui du fils retrouvé et non celui du fils perdu.

Enfin, il s’émeut de son fils aîné et lui manifeste sa générosité. Car ce qu’il désire du plus profond de son cœur, c’est partager une unité d’être avec chacun de ses enfants. C’est parce que tu es avec moi, que tout ce qui est à moi est à toi, nous dit-il. Charles Péguy écrivait : Si tous les exemplaires de l’Évangile devaient être détruits dans le monde, il faudrait que l’on garde au moins une page, celle qui relate la parabole de l’enfant prodigue pour comprendre enfin qui est Dieu : ce Père qui veille, qui attend, ouvre ses bras, pardonne et organise une grande fête pour le retour de son fils. Voilà de quoi faire réfléchir à la manière dont nous nous représentons Dieu. Si pour moi Dieu est un dictateur qui n’agit que selon son bon vouloir, je ne puis que me rebeller ou être son esclave. En tant qu’ouvrier, en tant qu’esclave, je ne compte pas, je suis en faute, je n’en fais jamais assez. Si je me rebelle, il me faut me cacher, fuir et terminer ma vie loin de lui. Deux attitudes qui m’emprisonnent terriblement.

Mais si pour moi Dieu est un père au cœur généreux, alors je peux accepter de dépendre de lui, il ne me trompera pas. La vie qu’il m’a donnée, je puis la recevoir comme un don et non comme un dû. Que je sois dans l’inquiétude, le doute ou le chagrin, que je me sente perdue, éloignée, que je marche le cœur serré, son amour me précède, m’enveloppe et m’espère. Si Dieu est pour moi ce père qui laisse entière liberté à ses enfants, parce qu’il les aime et leur fait confiance, alors je puis moi aussi, être responsable de mon existence et vivre dans la joie et la reconnaissance en partageant sa tendresse.

Enfin, je crois qu’il y a une troisième manière d’être fils. C’est celle qu’incarne le personnage qui se trouve en filigrane de cette parabole. Jésus, le Fils qui fait la joie de son Père, le Christ, Fils par excellence, qui est en pleine communion avec son Père. Tout ce qui est à moi est à toi, lui a promis son Père, et il est heureux, reconnaissant, débordant de joie de vivre avec son Père. Lui aussi dissipe ses biens, et dispense sa vie à tous ceux qui l’accueillent et acceptent ce que donne le Père. Le secret pour partager la joie de Dieu ? Marcher sur les traces de son Fils, pour inventer avec lui un monde plus humain et plus fraternel.

Sibelius concerto pour violon :

nédiction :

Béni soit Dieu, il nous a donné sa Parole pour que nous l’entendions, il nous a promis son Royaume pour que nous espérions. Allons avec nos sœurs et nos frères dans l’audace et l’adoration, « la joie de Dieu sera notre force ».

Le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix, en tout temps et de toute manière. Amen.

Pasteur Thierry Muhlbach.

Méditation mercredi 26 août 2020

« Il est où le bonheur ? »

Cette semaine, j’ai le plaisir de vous donner rendez-vous pour ce moment de méditation hebdomadaire et je ne peux pas passer à côté de l’occasion, car elle est trop belle, de vous associer à un événement qui me rend heureuse : aujourd’hui, 26 août 2020, mon quatrième fils fête ses 18 ans, il atteint donc l’âge de la majorité.

Plusieurs parmi vous se souviennent peut-être de ce petit bonhomme qui me suivait dans certaines de mes activités et qui ne tenait pas en place.

« Te voilà devenu adulte », selon la formule consacrée et tu as soif de bonheur. Ta tête fourmille de projets que tu réaliseras ou pas. Il te faudra un solide bagage, une boussole, des bornes, qui t’indiqueront la route à suivre.

Photo Christine Phébade Yana Bekima

« Le bonheur, il est où ? », « C’est quand le bonheur ? (1)

Combien de publicités mensongères nous promettent un bonheur illusoire. Il est où le vrai bonheur dans un monde qui nous trompe sur les moyens d’y parvenir ?
Avant de tenter d’y répondre, je vous invite à prier. Je remets au Seigneur cette journée particulière.

Prière du nouveau jour qui se lève
Dieu notre Créateur,
Ta bonté nous a donné
Le cadeau d’un nouveau matin.
Aide-nous à quitter hier,
Et à ne pas craindre demain,
Aide-nous à accepter le caractère unique d’aujourd’hui.

Dieu notre père
Je te remets ce dernier fils
Encore si jeune et si inexpérimenté
Et avec lui, tous les jeunes
Qui aspirent à un avenir meilleur

A l’aube d’une nouvelle année scolaire
Envoie ton Esprit pour nous faire entendre ta voix
Et nous montrer le chemin, à nous parents, pasteurs, catéchètes
Qui avons la responsabilité de leur développement spirituel
Qu’Il ouvre nos intelligences et nos cœurs
Aux exigences de ton amour,
Qu’Il nous donne le courage de nouveaux départs,
la persévérance dans nos engagements
Et la confiance paisible dans les temps plus obscurs.
Amen.

(Prière adaptée librement du « Petit Livre de Célébrations » du Wild Goose Resource Groupe. OPEC Olivétan, 2017, p. 56 et du LiturgiCiel de l’EERV, fiche 1.12.2073)

Moment musical

Bande originale du film « Le bonheur est dans le pré ».

« Le bonheur est dans le pré, cours-y-vite, cours-y-vite. Le bonheur est dans le pré, cours-y-vite, il va filer ! »

Paul Fort, Ballades du beau hasard, Le Bonheur.

Photo Michel Baillod, La Brévine

Le bonheur est-il dans le pré comme dans le film d’Etienne Chatilliez, une comédie pleine d’humour qui fait l’apologie de la vie à la campagne, ou sur la montagne comme nous nous l’imaginons en lisant le roman « Heidi » de Johanna Spyri ?
Au Danemark, pays en tête du peloton des nations les plus heureuses, le bonheur est au musée. Au royaume de la félicité tranquille, il est possible désormais de tout savoir sur l’art de bien vivre en visitant le « musée du bonheur » à Copenhague.

Lectures bibliques

La Bible nous propose de nombreuses pistes pour trouver le bonheur. Pour cette occasion, j’ai choisi deux textes :

  • dans le pré avec le berger David (Psaume 23)
  • sur la montagne, là où Jésus nous donne rendez-vous dans Matthieu 5 : 1 à 12.

Je vous invite à lire ces deux textes en entier dans votre Bible.

  • « Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Eternel jusqu’à la fin de mes jours ». (Ps 23, 6)
  • « Heureux ceux qui se savent pauvres en eux-mêmes, car le Royaume des cieux est à eux !
    Heureux ceux qui pleurent, car Dieu les consolera !
    Heureux ceux qui sont doux, car ils recevront la terre que Dieu a promise!».
    (Matthieu 5,3-5 Bible en français courant)

Lorsque nous acceptons la tâche de nous occuper d’enfants – des nôtres ou ceux des autres – quelle motivation nous anime ?
Quel message voulons-nous leur transmettre ? Comment envisageons-nous de les amener à la maturité, qu’elle soit sociale ou spirituelle ?
Ce sont les questions que se pose tout parent mais aussi tout éducateur, professeur ou encore catéchète et pasteur.
A la naissance d’un enfant, ses parents sont investis d’une grande responsabilité, celle de l’élever et de lui donner tous les outils pour pouvoir être heureux dans ce monde qui est désormais le sien.
En catéchèse, Dieu confie aux adultes dans la foi le rôle important de transmettre aux jeunes des pistes qui les aideront à le rencontrer et à être en intimité avec lui.
Cependant, le monde est ce qu’il est, plein d’illusions, de tentations, de voies trop faciles pour nous faire croire que le bonheur c’est la réussite sociale individuelle avec tous les signes extérieurs qui l’accompagnent.
Chers lectrices et lecteurs, ces deux textes ont un point commun : le bonheur n’est pas pour demain mais bien pour tout de suite, un bonheur profond, qui ne dépend pas de ce qui nous arrive mais qui est ancré dans l’amour du Père.
Le discours de Jésus est très clair : osons vivre de l’Evangile, osons expérimenter la douceur, la compassion et la paix. Il nous offre ici un art de vivre qui conduit au bien-être et au réconfort.
Parce que nous sommes enfants de Dieu, nous vivons déjà cette réalité du Royaume des Cieux. Cependant, les enfants nous observent : ils apprendront à être heureux si nous, adultes, sommes aussi heureux.
Chaque jour, nous avons à prendre conscience de ce que Dieu nous accorde, nous pourrons alors confesser notre bonheur, comme nous confessons notre foi, le savourer, le vivre pleinement dans la gratitude.
Sur la montagne ou dans le pré, à nous de choisir le lieu de notre bonheur.
Amen

 Chanson Christophe Maé

Tu seras un homme, mon fils !

A toi qui as 18 ans ce matin, j’offre le célèbre poème « Tu seras un Homme, mon fils » de Rudyard Kipling. Il s’agit des mots d’un père désireux de guider son fils sur les voies de la perfection afin qu’il devienne un humain accompli, un adulte pleinement responsable.
A toi, parent, catéchète, éducateur, ou simplement lecteur, je laisse 8 conseils basés chacun sur un verset biblique.

Conseil n°1 : Sois courageux
La vie est un combat, ne crains pas l’adversité. (Ephésiens 6 : 11-12)

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir
Tu seras un homme, mon fils

Conseil n°2 : Préserve l’équilibre
La vie est équilibre, sache le préserver, ne sois pas excessif, sois juste. (Proverbes 31, 9)

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent
Tu seras un homme, mon fils

Conseil n°3 : Sois toujours honnête
La vie est un défi, fais lui face, n’aie pas peur, mais ne fais pas le mal parce que les autres le font. (Matthieu 5, 37)

Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre
Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle
Sans mentir toi-même d’un seul mot

Tu seras un homme, mon fils

Conseil n°4 : Fais humblement ton devoir
La vie est un devoir, l’accomplir grandit ton cœur, mais reste humble, ne sois jamais imbu de ta personne. (Michée 6, 8)

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant
Tu seras un homme, mon fils

Conseil n°5 : Sois vrai
La vie est fraternelle, mais ne sois pas esclave de tes amitiés (Romains 13, 8)

Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi
Tu seras un homme, mon fils

Conseil n°6 : Vis la vie
La vie est un rêve, à toi de réaliser, mais vois-la comme elle est, ne te fige pas dans des illusions. (Psaume 71, 5)

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître
Penser sans n’être qu’un penseur

Tu seras un homme, mon fils.

Conseil n°7 : Sois maître de toi
« La vie est un jeu, apprends la règle de Dieu ». (Jean 15, 10)

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Quand tous les autres les perdront,
Tu seras un homme, mon fils

Conseil n°8 : Ne perds pas de vue l’objectif
La vie est mystère. Sans fin, perce ses secrets, mais ne poursuis pas de vaines gloires, il y a bien plus important…(Philippiens 2, 3)

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils.

Bénédiction

Dieu te connaît dès le ventre de ta mère
Il t’a tissé-e dans le secret, Il a fait de toi une créature merveilleuse
Que tu ailles à gauche, Il est là
Que tu partes à droite, Il y est aussi.
Oui le bonheur et la grâce t’accompagnent
Chaque jour de ta vie.
Que Dieu verse sa bénédiction
Sur chaque famille, sur chaque enfant qui sera confié
Aux catéchètes dans les activités de notre paroisse.

Que Dieu te bénisse et te garde. Amen

Cantique final
Oui le bonheur et la grâce. Héritage, Sébastian Demrey

Christine Phébade Yana Bekima

 

(1) Chansons de Christophe Maé, « Il est où le bonheur ? » et de Cali, « C’est quand le bonheur ? »

 Bibliographie 

Méditation inspirée des lectures suivantes :
La vie en marche, Les Béatitudes, Michel Kocher et Emmanuelle Jacquat, OPEC, 2018
Le Sermon sur la montagne en tweets, Michel Sommer, Ed. Farel, 2015
Revue Panorama n°574, méditations, juin 2020
Tu seras un homme mon fils,
Parcours Alpha, blog-familles